culbuter


culbuter

culbuter [ kylbyte ] v. <conjug. : 1>
culebuter 1480; de cul et buter
I V. intr. Faire une culbute (2o), tomber à la renverse. basculer, dégringoler, 1. tomber. Voiture qui culbute. 2. capoter, se renverser, verser. Embarcation qui culbute. chavirer. II V. tr.
1Faire tomber brusquement (qqn). renverser. Pousser qqn pour le culbuter. Vulg. Culbuter une femme, pour la posséder sexuellement. Il la culbuta dans la grange.
2Bousculer, pousser. Culbuter l'ennemi. défaire, enfoncer, 1. repousser. Il a tout culbuté sur son passage. bouleverser, démolir.
Fig. renverser, 1. repousser. Culbuter le ministère. « Une vérité d'accent qui culbute les objections » (A. Gide).

culbuter verbe transitif (de culer et buter) Renverser violemment quelqu'un, quelque chose, les faire tomber brusquement : En courant, les enfants ont culbuté la vieille dame. Populaire. Renverser une femme pour abuser d'elle. Mettre une armée, des adversaires en déroute, en fuite ; vaincre. Venir à bout d'une difficulté, renverser un obstacle. ● culbuter (synonymes) verbe transitif (de culer et buter) Renverser violemment quelqu'un, quelque chose, les faire tomber brusquement
Synonymes :
Contraires :
Mettre une armée, des adversaires en déroute, en fuite ; vaincre.
Synonymes :
culbuter verbe intransitif Tomber à la renverse ; faire la culbute : Culbuter du haut d'un escalier.culbuter (synonymes) verbe intransitif Tomber à la renverse ; faire la culbute
Synonymes :
- dégringoler

culbuter
v.
rI./r v. intr. Tomber à la renverse.
rII./r v. tr.
d1./d Renverser cul par-dessus tête, bousculer. Il culbutait tout sur son passage.
d2./d Rejeter en désordre. Culbuter l'ennemi.

⇒CULBUTER, verbe.
I.— Emploi trans.
A.— Mouvement.
1. [Le compl. d'obj. désigne une pers.]
a) Faire tomber en renversant ou en poussant brutalement. Culbuter un piéton; culbuter qqn du haut en bas des marches, dans un fossé; être culbuté par une auto, un chien, un cycliste. Synon. renverser. Un choc qui vous assomme, un souffle qui vous culbute (DORGELÈS, Croix bois, 1919, p. 202). Le cheval prit peur, glissa, culbuta son charretier (BILLY, Introïbo, 1939, p. 195). Une carabine bien ajustée le culbuta (SAINT-EXUP., Citad., 1944, p. 834) :
1. ... sans me déranger de mon chemin, en passant, j'allongeai par la figure du citoyen Poulet un revers de main qui le culbuta, les jambes par-dessus la tête, sous la balustrade de l'octroi, et sa tartine de fromage blanc par-dessus le nez.
ERCKMANN-CHATRIAN, Histoire d'un paysan, t. 2, 1870, p. 141.
Emploi pronom. réciproque. Des ouvriers siciliens se battent et se culbutent dans le ruisseau (GIDE, Journal, 1925, p. 804).
Rem. On rencontre ds la docum. un emploi trans. au sens de « précipiter d'un mouvement brusque » qui semble dérivé de l'emploi pronom. réciproque. Une rage culbuta les Prussiens vers lui (D'ESPARBÈS, Lég. aigle, 1893, p. 117).
P. ext. (sens affaibli). Bousculer, pousser (des personnes) afin de se frayer un passage (sans qu'il y ait forcément chute). Des chiens aboyaient après lui [Manquet]; il culbutait sur son chemin des vieilles, des soldats, des gens en blouse (ARÈNE, J. des Figues, 1870, p. 68). Il aperçut les officiers, et, culbutant les buveurs, il s'élança (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Tombouctou, 1883, p. 219).
Emploi pronom. réciproque. Les élèves (...) se culbutaient devant les fenêtres pour voir M. le sous-préfet (A. DAUDET, Pt Chose, 1868, p. 120).
P. métaph. Une grosse écriture paysanne, avec des jambages qui se culbutaient (ZOLA, Page amour, 1878, p. 857).
b) Spéc., fam. [Le compl. d'obj. désigne une femme] Renverser pour la posséder charnellement. Synon. sauter. Tandis qu'il s'en irait forniquer derrière les haies, culbuter des filles, en se moquant de ceux qui les avaient culbutées avant lui (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1440). On peut encore, à la rigueur, culbuter une femme, mais où voulez-vous qu'on prenne le temps, la liberté d'esprit nécessaires pour parler d'amour à une charmante enfant comme vous? (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 43).
Emploi pronom. réciproque. Il ne voulut jamais à cette place, dans son lit, crainte d'une surprise. L'échelle du fenil était près de là, ils grimpèrent, laissèrent la trappe ouverte, se culbutèrent au milieu du foin (ZOLA, Terre, 1887, p. 96).
c) P. anal., dans un contexte milit. Mettre en déroute (de manière que les fuyards semblent comme tomber les uns sur les autres). Culbuter une armée, l'ennemi. Synon. battre, défaire, enfoncer, repousser. Les Vendéens étaient repoussés de Nantes (...) culbutés hors de Cholet (...) ils lâchaient pied à Châtillon (HUGO, Quatre-vingt-treize, 1874, p. 83). Culbutant sur leur route les éléments ennemis qui, déjà, envahissent le terrain (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 31) :
2. Il [Damour] s'enflammait, il croyait fermement que, si Paris entier, les hommes, les femmes, les enfants, avaient marché sur Versailles en chantant la Marseillaise, on aurait culbuté les Prussiens...
ZOLA, Jacques Damour, 1884, p. 319.
SYNT. Culbuter l'adversaire, un escadron, un poste, la première ligne ennemie, l'arrière, l'avant-garde, le centre d'une armée; culbuter une colonne ennemie dans les marais; être culbuté par l'ennemi, par une charge ennemie, par l'infanterie.
2. [Le compl. d'obj. désigne un obj.]
a) Faire tomber brusquement de manière à renverser. Culbuter une charrette, une brouette, un meuble. La patache n'avait pas été culbutée. Nonchalamment penchée dans le marécage, elle était encore fort habitable (SAND, Meunier d'Angib., 1845, p. 36). Ces gens fouillèrent tous les meubles (...) n'y trouvant rien, ils défoncèrent les placards, culbutèrent les commodes (A. FRANCE, Livre ami, 1885, p. 91). Ils cubutent les deux arcades... Des pierres de taille comme des fétus! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 536).
b) P. ext. Mettre en désordre, mettre sens dessus dessous comme si les objets tombaient les uns sur les autres. Une rafale de malheur s'était ruée sur cette maison et l'avait culbutée de fond en comble (HUYSMANS, En mén., 1881, p. 93).
B.— Au fig.
1. Domaine pol. [Le compl. d'obj. désigne une institution, un gouvernement, une loi, un ministère...] Renverser d'un mouvement précipité. Culbuter l'État, la république, la société. Lorsque la loi sera à peu près sur pied, nous la culbuterons à un tournant (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 126). Les académies disjointes et les empires culbutés (CLAUDEL, Poète regarde Croix, 1938, p. 37) :
3. ... et ils [les candidats radicaux] entrent à la Chambre avec le parti pris et la résolution inébranlable de culbuter, sans se soucier du pays et du repos public, tous les cabinets...
BARRÈS, L'Appel au soldat, 1897, p. 194.
Domaine des affaires. Mettre brutalement dans une situation opposée. Les ordres de vente et d'achat qui culbutent parfois les cours de Bourse dans le monde entier (CENDRARS, Du Monde entier, Docum., 1924, p. 129).
2. P. anal. Mettre fin à quelque chose par une action brusquée. Du premier coup, M. Degas a culbuté les traditions de la sculpture comme il a depuis longtemps secoué les conventions de la peinture (HUYSMANS, Art mod., 1883, p. 248). Dire qu'avec un mensonge il [Marc] aurait pu arrêter ce supplice! (...) Mais (...) une révolte culbute ces regrets (ESTAUNIÉ, Vie secrète, 1908, p. 306).
En partic. Venir à bout d'une situation par une action brusquée. Dès qu'elle [Henriette] fut seule avec moi, je la saisis de nouveau dans mes bras, tâchant d'affoler sa raison et de culbuter sa résistance (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Morin, 1882, p. 852).
II.— Emploi intrans.
A.— [Le suj. désigne une pers. ou un animal]
1. Effectuer un mouvement de renversement vers l'avant ou l'arrière ou faire un tour complet sur soi-même en faisant une culbute. Synon. basculer. Voir les petits lapins foudroyés culbuter comme des clowns, (MAUPASS., Fort comme la mort, 1889, p. 258). Les mouches (...) volent, se posent, culbutent et roulent (GENEVOIX, Boue, 1921, p. 28).
P. métaph. [P. anal. avec le tour fait pendant la culbute] Les heures culbutent et je trouve encore le temps trop long (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1891, p. 72).
Rem. La docum. atteste un emploi substantivé du part prés. culbutant. Variété de pigeon domestique au vol rapide et qui fait des culbutes en volant. Dans ce groupe [les Culbutants allemands] on classe les Culbutants à long bec, les Culbutants à bec moyen et les Culbutants à bec court (G. LISSOT, Pigeons domestiques et voyageurs, Paris, Flammarion, 1950, p. 94).
2. P. ext. Tomber, faire une chute en arrière ou en avant, la tête la première. Culbuter dans le fossé, dans le ravin. Synon. basculer, dégringoler, s'écrouler, tomber. Culbuter du haut en bas de l'escalier (Ac. 1835). ... la jambe droite fracassée par un éclat d'obus. Il culbuta sur le dos, en jetant un cri aigu de femme surprise (ZOLA, Débâcle, 1892, p. 306). Ils soulevèrent le banc, et le vieux culbuta (ROLLAND, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 615).
P. métaph. Mais quand elle parlait, sa phrase culbutait dans une grammaire fantaisiste (ESTAUNIÉ, Bonne-Dame, 1891, p. 8).
Au fig. Se trouver brusquement dans une situation (critique). Il culbutait dans des catastrophes, chaque fois qu'il s'appliquait à réfléchir (ZOLA, Argent, 1891, p. 9).
Spéc. Se précipiter dans un lieu en contrebas :
4. Je me souviens que lorsque nous emportâmes d'assaut la crête de Vimy, une alouette s'égosillait. Moi, je me suis arrêté dans ma course alors que mes camarades culbutaient déjà dans les tranchées allemandes (...) je me suis arrêté pour écouter chanter cette alouette.
CENDRARS, Les Confessions de Dan Yack, 1929, p. 277.
B.— [Le suj. désigne un véhicule, une embarcation] Se retourner brusquement. Une embarcation qui culbute. Synon. capoter, chavirer, verser. L'avion, sans culbuter, a fait son chemin sur le ventre (SAINT-EXUP., Terre hommes, 1939, p. 218). Son épaule nue (...) vient de jaillir hors du peignoir, enflée, livide. Elle explique qu'elle a dû porter sur une roue, lorsque la voiture a culbuté (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1421).
Rem. La docum. atteste les dér. suiv. a) Culbutage, subst. masc. Action de culbuter (cf. culbuteur B 1). Il est nécessaire, après le culbutage, de retirer le chariot en rétrogradant (HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploitation mines, 1905, p. 262). b) Culbutée, subst. fém. Situation défavorable. Synon. culbute (en emploi fig.). Ce n'est pas à un tournant de l'histoire que (...) nous arrivons, mais nous avons l'impression très nette que nous arrivons à une culbutée (PÉGUY, Argent, 1913, p. 1305). c) Culbutement, subst. masc. Action de culbuter. Le culbutement à pas pressés du troupeau (A. DAUDET, Sapho, 1884, p. 128). Astronaut. ,,Rotation aberrante [du satellite] sur lui-même autour d'un axe quelconque`` (GALIANA Astronaut. 1963).
Prononc. et Orth. :[kylbyte]. Ds Ac. 1694-1932. Pour la forme culebuter, cf. les mêmes dict. avec les mêmes rem. que pour culbute. Étymol. et Hist. 1534 intrans. cullebuter (RABELAIS, Gargantua, éd. Calder-Screech, I, XII, p. 250); 1546 trans. cullebuter (RABELAIS, Tiers Livre, éd. Screech, prol., p. 11); 1601 culbuter au fig. « renverser » (CHARRON, Sagesse, I, 14 ds LITTRÉ). Composé tautologique des verbes culer et buter. Fréq. abs. littér. :451. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 252, b) 649; XXe s. : a) 1 554, b) 416. Bbg. ORR (J.). Qq. mises au point étymol. Mél. Dauzat (A.). Paris, 1951, pp. 245-256.

culbuter [kylbyte] v.
ÉTYM. 1534, cullebuter, Rabelais; de cul, et buter.
———
I V. intr.
1 Faire une culbute (2.). Tomber à la renverse. Basculer, dégringoler, écrouler (s'), tomber. || Cavalier qui culbute par-dessus son cheval. Panache (faire panache). || Culbuter dans un trou.
1 Car heurtant une porte en passant m'accoter
Ainsi (aussitôt) qu'elle obéit, je suis à culbuter.
Mathurin Régnier, Satires, X.
2 Un pont crève sous nous et je ne sais pas comment nous ne culbutons pas dans la rivière.
Gide, Voyage au Congo, in Souvenirs, Pl., p. 728.
(Le sujet désigne des choses : véhicules, embarcations…). || Voiture qui culbute. Capoter, renverser (se), verser. || Embarcation qui culbute. Chavirer.
2 Fig. et vieilli. Faire faillite, s'effondrer. || Banquier, ministre qui culbute. Culbute (2., faire la culbute).
3 Il faut relever d'anciennes familles qui relèveront la monarchie si elle culbute en Espagne (…)
P.-L. Courier, II, 267, in Littré.
———
II V. tr. (1546, cullebuter).
1 Faire tomber brusquement (qqn). Renverser. || Pousser qqn pour le culbuter. || Être culbuté par un cycliste.
3.1 La semaine dernière… j'ai aussi… ma foi (…) culbuté une vache et son veau… J'ai même failli écraser un enfant (…) un enfant de cantonnier…
O. Mirbeau, Les affaires sont les affaires, p. 21 (1903).
Fam. et vulg. || Culbuter une fille, une femme, avoir des relations sexuelles plus ou moins brutales avec elle (→ Bousculer, renverser). Pron. (en parlant des deux partenaires). || Se culbuter (→ S'envoyer en l'air).
3.2 Il devenait tout passionné… même comme ça tout suffoquant… Voilà qu'il attrape la Delphine… Il la serre de toutes ses forces !… Il la culbute sur sa couche ! toujours à bout de souffle… Il lui passe une langue… une belle… il lui fait de la déclaration…
Céline, Guignol's band, p. 223.
(Compl. n. de chose). || Culbuter un tonneau, le renverser.
2 Bousculer, pousser. || Il a tout culbuté sur son passage. Chahuter; bouleverser, démolir, mettre (sens dessus dessous).
Spécialt. || Culbuter l'ennemi. Battre, défaire, enfoncer, repousser, vaincre.Culbuter ses adversaires.Par anal. Résoudre, mettre fin à, venir à bout de (qqch.). || Culbuter des préjugés, des traditions.Spécialt. || Culbuter un ministère. Renverser, repousser. || Le ministère a été culbuté.
3.3 (…) deux déserteurs belges lui avaient rapporté (…) que l'armée anglaise attendait la bataille. — Tant mieux ! s'était écrié Napoléon. J'aime encore mieux les culbuter que les refouler.
Hugo, les Misérables, II, I, VII.
4 Mais aussi ce Shakespeare ne respecte rien, il va devant lui, il essouffle qui veut le suivre, il enjambe les convenances, il culbute Aristote (…)
Hugo, William Shakespeare, II, I, V.
5 (…) certaines (parmi les premières sonates de Beethoven) sont d'un jaillissement irrésistible, d'une nouveauté et d'une vérité d'accent qui culbute les objections.
Gide, Journal, 15 avr. 1917.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
——————
culbuté, ée p. p. adj.
1 Perturbé, en désordre (au propre et au fig.).
2 (1956). Techn. || Moteur culbuté : moteur à explosion dont les soupapes sont commandées par des culbuteurs. || Cylindre culbuté.
DÉR. Culbutable, culbutage, culbutant, culbute, culbuteur, culbutis.
HOM. V. Culbutant, culbute.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • culbuter — CULBUTER. verb. act. Renverser quelqu un, renverser cul par dessus tête. Il l a poussé rudement, et l a culbuté. Il le culbuta de haut en bas du degré, du haut d une montagne. La Cavalerie prit les ennemis en flanc, et les culbuta. f♛/b] On dit… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • culbuter — l un sur l autre …   Thresor de la langue françoyse

  • culbuter — Culbuter. v. act. Renverser quelqu un les pieds contremont, renverser cul par dessus teste. Il l a poussé rudement, & l a culbuté. il le culbuta du haut en bas du degré, du haut d une montagne. la cavalerie prit les ennemis en flanc, & les… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • culbuter — vt. renverser, basculer, bousculer, faire tomber, (qq., qc., avec plus ou moins de violence, volontairement ou non). vi. , tomber et rouler ; faire des culbutes pour s amuser : kubèlâ (Houches), kupessî (Juvigny.008), kupèssâ (Morzine) / î… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • culbuter — (kul bu té) v. a. 1°   Faire faire la culbute à quelqu un, le renverser violement. Il le culbuta du haut en bas de l escalier. •   J ai transi de vous voir passer de nuit cette montagne [Tarare] que l on ne passe jamais qu entre deux soleils et… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CULBUTER — v. a. Renverser cul par dessus tête ; ou simplement, Renverser, faire tomber. Il l a poussé rudement, et l a culbuté. Il le culbuta de haut en bas des degrés, du haut d une montagne. La cavalerie prit les ennemis en flanc, et les culbuta. Il… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CULBUTER — v. intr. Faire une culbute. Il fit un faux pas et culbuta du haut en bas de l’escalier. Il est aussi verbe transitif et signifie Faire tomber quelqu’un, le renverser. Il l’a poussé rudement et l’a culbuté. Il le culbuta de haut en bas des marches …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • culbuter — v.t. Posséder une femme …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • culbuter une femme —    En jouir, parce que, pour en arriver là, il faut la renverser sur le dos.        Mademoiselle, aimez vous bien à être culbutée?    SOREL …   Dictionnaire Érotique moderne

  • pennboelliñ — culbuter …   Dictionnaire Breton-Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.